Retours

Mardi Art

mar 15 déc 2015

Aujourd’hui est une journée spéciale au Lycée Charles de Gaulle de Rosny-sous-Bois : c’est « Mardi Art ». L’établissement accueille l’artiste Frédéric Sonntag, en résidence à la Ferme du Buisson, pour présenter le spectacle Atomic Alert dans l’enceinte scolaire.

Créé en 2000, « Mardi Art » est une journée de programmation culturelle mensuelle organisée par les enseignants de l’option danse – unique option obligatoire en la matière dans l’Académie de Créteil. Un enseignement de spécialité rare en France qui apporte une dynamique culturelle à l’ensemble de l’établissement.

 

« Grâce à nos partenariats de longue date avec la Ferme du Buisson et les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, nous créons des parcours de spectateurs pour nos élèves. Ils découvrent des formes accessibles de danse, de théâtre, de vidéo ou de cirque au sein du lycée, font plusieurs sorties de spectacles à l’année et participent à des ateliers de pratique artistique. »

- Michel Barreiros, professeur de danse -

 

Les cloches sonnent. Lever de rideau au lycée Charles de Gaulle. Les élèves de seconde, première et terminale entrent dans la salle. D’autres tentent de s’y glisser, mais ce n’est pas à leur tour ce mois-ci. Norman, chargé des relations avec les publics à la Ferme du Buisson, les attend pour une courte introduction au spectacle, une performance filmique sur le détournement des images et la manipulation des médias. Les lumières s’éteignent. Place à Atomic Alert.

 

Des images extraites de films d’archives américains, de documentaires et de fictions des années 50 sont rémixées pour former une nouvelle fiction : dans une petite ville, des essais nucléaires préventifs ont lieu mais tournent mal. Une bombe explose au-dessus de la ville. Les autorités essaient alors de minimiser leur responsabilité en mettant en place une politique de désinformation concernant les risques encourus par la population, les médias se font le relais de cette politique. Adoptant le principe du détournement, cinq comédiens doublent l’ensemble des personnages le temps d’une séance de post-synchronisation où de nouveaux dialogues sont appliqués en direct aux images.

 

« On se demande si ce que les personnages disent est vrai ou pas » témoignent Inès et Aicha à l’issue de la représentation. Un temps d’échange avec les artistes permet aux élèves et aux professeurs de débattre des questions soulevées. Faut-il croire tout ce que racontent les médias ? Peut-on faire confiance aux politiques et aux scientifiques ? Comment vérifier les informations communiquées ? En sortant de ce cours inhabituel, Kahina et Léa expriment leur enthousiasme : « C’est bien, ça change et ça nous permet de découvrir autre chose, de nous ouvrir à d’autres horizons ! »