Festival

Les Enfants du désordre 2016

Festival de théâtre

du 19 au 26 nov 2016

from 19 to 26 nov 2016

Avec six spectacles turbulents, une question qui fâche, un stage de théâtre et des débats au plateau, Les Enfants du désordre secouent le chaos pour y trouver du sens, poétique et politique. Avec Myriam Marzouki, Maëlle Poésy, Igor Mendjisky, Guillaume Barbot, Das Plateau et Jérémie Sonntag, le théâtre est bien ce lieu d’où l’on voit, le monde et l’autre.

Que voyons-nous ? Qu’est-ce qui nous regarde ? Notre vision est empreinte de ce dont nous sommes faits et les images que nous observons sont imprégnées de ceux qui les font. Qu’est-ce que ça raconte ? Qu’il existe une pluralité de points de vue. Que l’autre et le monde sont irréductibles à une seule et stricte définition.

 

Si le théâtre, dans son origine grecque, est ce lieu d’où l’on voit, c’est à un panorama grandiose et bouleversé que nous convient cette saison Les Enfants du désordre. Cette génération d’artistes qui a grandi entre les chutes du Mur et des Tours jumelles, qui a vécu avec la montée de la crise et des peurs, ouvre le regard et la pensée sur l’altérité, la société.

 

• C’est ce que nous voyons, aujourd'hui en France, lorsque nous regardons une femme voilée.
Ce qui nous regarde de Myriam Marzouki
+ débat sur le voile avec Clarisse Fabre, journaliste au Monde
+ stage de théâtre sur la prise de parole intime et collective, le témoignage et le débat conflictuel

 

• C’est ce que nous décelons lorsque nous approchons les clochards de nos rues.
On a fort mal dormi de Guillaume Barbot
+ débat sur le revenu de base avec Solenne Vaulot, du Mouvement Français pour un Revenu de Base

 

• C’est la lucidité sur la représentativité politique, le dialogue social et le devenir de la démocratie.
Ceux qui errent ne se trompent pas de Maëlle Poésy et Kevin Keiss 
+ débat sur la crise de la démocratie avec Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l'Université Paris I - Sorbonne

 

• C’est la réflexion sur l’utilité du théâtre – le faire et le voir – sous l’oppression.
Notre crâne comme accessoire de Igor Mendjisky et Les Sans Cou

 

• Ce sont les clichés assimilés qui infiltrent malgré nous nos amours et notre rapport à l’autre.
Il faut beaucoup aimer les hommes de Das Plateau

 

• C’est le regard pur de l’enfance, qui invite à l’émerveillement, ici et maintenant.
Jamais jamais ! de Jérémie Sonntag et Florian Goetz

 

• C’est aussi se questionner et débattre sur un salaire universel
Et si on disait oui au salaire à vie ? avec Bernard Friot

 

 

                                   

du 19 au 26 nov 2016
from 19 to 26 nov 2016

Tarifs et abonnement
tarif festival valable pour 2 spectacles
proposition supplémentaire à 2 € (buissonnier), 5 € (plein, réduit et étudiant) et 4 € (enfant)


buissonnier 12 €
plein 22 €
réduit 19 €
étudiant 15 €
enfant 8 €

Téléchargements

sam 19 nov 2016

16h / Chantal Akerman : Maniac Shadows / vernissage de l'exposition au Centre d'art
17h30 / On a fort mal dormi / Guillaume Barbot / 1h30 + débat à l'issue de la représentation
18h / Ce qui nous regarde / Myriam Marzouki / 1h30
20h45 / Notre crâne comme accessoire / Igor Mendjisky - Les Sans Cou / 2h

 

dim 20 nov 2016

14h / Chantal Akerman : Maniac Shadows / visite de l'exposition au Centre d'art / 45 min
15h / Ce qui nous regarde / Myriam Marzouki / 1h30 + débat à l'issue de la représentation
15h30 / Jamais jamais ! / Les arpenteurs de l'invisible / 1h10 (à La Courée, Collégien)
16h / On a fort mal dormi / Guillaume Barbot / 1h30
17h / Chantal Akerman : Maniac Shadows / visite de l'exposition au Centre d'art / 45 min
18h / Notre crâne comme accessoire / Igor Mendjisky - Les Sans Cou / 2h

 

mar 22 nov 2016

19h30 / Et si on disait oui au salaire à vie ? / Question qui fâche avec Bernard Friot / 4h avec entracte dinatoire

 

sam 26 nov 2016

13h / Stage de théâtre pour adultes / avec Myriam Marzouki / 4h
16h30 / Il faut beaucoup aimer les hommes / Das Plateau / 2h20
17h / On a fort mal dormi / Guillaume Barbot / 1h30
18h30 / Je veux te baiser / Maxime Bizet, Tatiana Goutmann-Becker & Léo Martin / Projet du CEPIT (CRD - ArteMuse) / 35 min
19h / Chantal Akerman : Maniac Shadows / visite de l'exposition au Centre d'art / 45 min
20h / Ceux qui errent ne se trompent pas / Maëlle Poésy / 2h + débat à l'issue de la représentation